Le karst aménagé

mercredi 19 février 2014
par  Claude
popularité : 9%

Au cours des ages, les hommes ont su tirer parti du karst et l’utiliser à leurs avantages.




C’est au niveau de l’utilisation de l’eau du karst que les aménagements ont été les plus nombreux.

L’EAU POUR ÉTANCHER LA SOIF


Lavogne

Le terme de lavogne désigne une dépression sur les terres de causses (au sens de terres « calcaires ») qui permet de boire aux animaux d’élevage et, à une époque plus reculée, aux hommes. Ceux-ci ont aménagé des creux naturels en les étanchant par un tapis argileux et en les pavant de pierres calcaires pour capter et retenir les eaux de ruissellement.
Au Ier siècle av. J.-C. Marcus Terentius Varro préconisait déjà ce mode de construction dans les régions dépourvues d’eau.



La seule lavogne de Franche Comté ...


Aménagement de doline

Au début des années 1980, le GSAM s’intéresse à la perte du trop plein de la mare située derrière la mare de la Fiautre à Solemont. Après des travaux longs et périlleux, les explorateurs débouchent ... sous la mare !
Contre tout attente, le plafond est constitué de lits de troncs de sapin et le tout étanchéifié par de l’argile bleue, très présente sur place.
La mare est donc artificielle. A l’époque, elle servait encore pour abreuver les animaux pendant les périodes seches.


La mare de La Fiautre ...



Arrivée sous la mare ...



Un des troncs détaché du plafond ...



L’EAU FORCE MOTRICE

Au début de l’industrialisation, les cours d’eau ont été aménagés pour utiliser la force motrice de l’eau. Dans les zones karstiques, les aménageurs ont été très inventifs pour utiliser cette force en tenant compte des contraintes des sites.
Comme les débits sont très variables, il faut stocker l’eau et faire des lâchers pour entraîner les mécanismes : les roues à aubes.
L’idée géniale a été d’utiliser la partie souterraine des rivières pour effectuer ce stockage, avec plusieurs avantages !

- pas de travaux pour réaliser une mare ou un canal de stockage, il suffit d’un barrage et d’un système de lâcher des eaux.
- pas de surface perdue.
- pas de perte de hauteur de chute. Dans le Doubs, il existe plusieurs exemples :

Grotte du Haut Fourneaux à EPENOUSE :


La galerie d’entrée de la grotte du Haut Fourneau à Epenouse. On distingue bien à gauche des spéléos, la mortaise verticale creusée dans la paroi ...


Les mortaises, une deuxième devait exister en face) devaient servir à maintenir des madriers pour réaliser un barrage de retenue des eaux ...


Grotte du Moulin de Vermondans :


Vue depuis l’entrée de la grotte avec au fond les restes du barrage ...


Source de la Doue à ABBEVILLERS :


La souce avec au premier plan les restes du barrage ...



Les vestiges de l’installation ...


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 27 août 2018

Publication

668 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
Aucun site
21 Auteurs

Visites

65 aujourd'hui
159 hier
342737 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés