Secours de Ness, un jag terrier.

jeudi 10 janvier 2013
par  Claude
popularité : 26%

Dimanche 6 janvier 2013, tard dans la soirée, je reçois un coup de fil de Christian JEANNOUTOT du GS La Roche. Un chien de chasse est coincé dans une canalisation, dans le centre de recherche PSA de Belchamp.


Ness ...

Des sangliers sont rentrés dans le centre et représentent un danger potentiel pour les véhicules en essai. Les chasseurs mandatés par la DDT ont été appelés pour les déloger, et c’est au cours de cette battue du dimanche, que NESS, un jag terrier, est entré, certainement sur les traces d’un renard, dans une canalisation située au centre de l’anneau de vitesse, et n’est plus réapparu.



L’entrée du drain, diamètre 600 mm ...

Le sauvetage s’annonce périlleux car la canalisation est un tuyau en béton de 600 mm de diamètre intérieur et fait partie du drainage de l’anneau de vitesse. Les pompiers ont été appelés mais ont décliné le secours vers le Spéléo Secours du Doubs, et c’est comme cela que Christian est intervenu en fin de soirée. Le tuyau est propre au départ, mais à partir d’une dizaine de mètres, il est encombré de terre et de détritus divers. Un vidage est nécessaire pour espérer progresser. Il faut donc des bras et de petits gabarits …


Le chantier s’organise ...

Et c’est parti pour une désob en règle ...

Un rendez-vous est donné le lundi à 17 h, après les heures de travail, devant le centre. Christian JEANNOUTOT et 6 membres GSAM : Christian, Mickael, Patrice, Arnaud, Thierry et Claude, sont présents avec les chasseurs. Il n’est pas facile d’accéder au site, situé dans une zone hautement confidentielle et cela prend un temps certain. Une organisation se met en place pour une désobstruction à une dizaine de mètres de l’entrée. L’astuce de génie proposée par Christian JEANNOUTOT consiste à utiliser une planche à roulettes, attachée au bout d’une corde, ce qui permet de se déplacer, surtout au retour, sans trop de contorsions. Le travail consiste à rentrer avec une caisse et une pelle, progresser au fond, remplir la caisse et ressortir avec le chargement. Il y a peu de place pour disposer la caisse et surtout la charger, et dans cette position, le travail est très pénible. Cela oblige à changer d’équipier à chaque rotation de caisse …



Utilisation de la caméra ...

Exploration en directe ...

La désobstruction avance très lentement, surtout pour les membres non-spéléos. Il est décidé d’envoyer une caméra, apportée par les chasseurs. A environ 12 mètres, elle reste bloquée par un amoncellement de débris végétaux. Pour simplifier les manœuvres, il est décidé de creuser et pratiquer une ouverture dans le tuyau, à 6 mètres de l’entrée. Ce qui est rondement mené ! Au-delà la canalisation s’enfonce sous un immense remblai, suivi de la piste de vitesse. Puis les rotations se poursuivent sans interruption, jusqu’ aux alentours de 23 h30. Il est décidé d’arrêter car certains se lèvent tôt le lendemain matin, et de remettre ça le lendemain, à la même heure.


Réalisation d’une ouverture dans la canalisation ...

A 17 h, Christian, Patrice, Thierry et Claude, sont sur place avec les chasseurs. Il est décidé de frapper un grand coup : Thierry est volontaire pour forcer le bouchon et aller le plus loin possible. Il est attaché au bout d’une corde pour assurer le retour en cas de coincement. L’essai est un échec. Un tuyau est fissuré et déformé, et provoque une difficulté nouvelle. Il faut reprendre les rotations, de plus en plus difficiles. Les chasseurs aimeraient y voir plus clair et partent chercher la caméra. Pendant ce temps, le travail avance, et la difficulté étant passée, Thierry retente son essai. Cette fois, ça passe et l’on suit l’avancement de la corde, de 22 mètres de longueur, qui le relie à nous … Elle avance par saccade et il faut, à l’étonnement général, la rappondre avec une autre ! Les aboiements de NESS sont perceptibles depuis l’extérieur. Pendant ce temps, les chasseurs sont de retour avec la caméra qui a un rayon d’action de 30 m. Thierry est littéralement tracté de son inconfortable position mesurée à 40 mètres de l’entrée. Il ressort en bon état, mais enveloppé de boue liquide … Il faudra trouver un gabarit plus petit pour espérer aller plus loin ! Comme la caméra est là, on en profite et c’est Christian qui l’accompagne. Il n’y a pas grand intérêt mais on peu se rendre compte en direct de l’étroitesse du passage ! Il est déjà 22 h30, on rentre.


La nouvelle entrée ...

Le héros du jour à sa sortie ...

C’est pas gagné ! On espérait trouver NESS entre 20 et 30 mètres … Il faut trouver de nouvelles solutions pour demain … La nuit portera conseil ! Mercredi matin : la nouvelle tombe. NESS est retrouvé errant vers 6 h sur l’anneau de vitesse par le chef de piste. OUF !


Ness et son maître, heureux ...

Il faut signaler qu’une nouvelle équipe était déjà constituée pour le lendemain, avec des renforts de l’ASCR … C’est beau la solidarité …




La presse a bien médiatisé le sauvetage : lire les articles.


Commentaires  forum ferme

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 20 novembre 2018

Publication

680 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
Aucun site
21 Auteurs

Visites

48 aujourd'hui
118 hier
353422 depuis le début
9 visiteurs actuellement connectés