Les bassins versants : l’exemple des pertes du Buhin

mardi 30 juillet 2013
par  Olivier
popularité : 12%







Un bassin versant est un territoire qui draine l’ensemble de ses eaux vers un exutoire commun, cours d’eau ou mer.

On parle aussi de bassin versant d’une source : c’est la zone de terrain dont les infiltrations constituent l’alimentation.

Les limites géographiques du « bassin versant réel » d’une rivière diffèrent souvent de beaucoup par rapport aux lignes naturelles de « partage des eaux » observées dans le paysage : lignes de crête des reliefs montagneux séparant les versants des autres vallées (appelés parfois « bassin versant topographique »). En effet, le « bassin versant réel » prend en compte les eaux souterraines provenant des pluies qui s’infiltrent dans le sous-sol lorsqu’il est perméable.



En région calcaire, les réseaux souterrains complexes du karst vont souvent drainer des eaux dans des terrains situés à l’extérieur du « bassin versant topographique » apparent où sont situées leurs résurgences.

Chaque bassin versant possède un fonctionnement spécifique qui doit être reconnu par les habitants et pris en compte par les pouvoirs publics pour assurer une gestion adaptée et durable des eaux et de l’environnement.

Les pertes du ruisseau de Buhin

Texte de Jean-Marie Frossard


Dans le vaste bassin fermé du plateau calcaire de Sancey, le Buhin collecte les ruisseaux issus des exutoires du massif dominant et s’infiltre ensuite dans une succession de pertes pour alimenter les "sources" de la vallée du Cusancin, un affluent du Doubs qu’il rejoint à Baume-les-Dames.

Ces pertes jalonnent le ruisseau du Buhin selon son débit. En temps ordinaire, il disparaît dans des fissures, au lieu dit "la Lavière". En période humide, il descend dans un bassin inférieur, qu’occupent les villages de Chasot et Orve, pour se jeter dans le puits Fenoz.




La carte ci-dessous pointe les sites emblématiques :
-  JPEG - 1.7 ko Les pertes de Lavière
-  JPEG - 1.7 ko Le Puits Fenoz à Chazot
-  JPEG - 1.8 ko Perte des Pommiers à Chazot
-  JPEG - 1.7 ko Le creux des Alloz à Vellefans : regard sur le ruisseau souterrain situé entre les pertes du secteur du puits Fenoz et la source bleue
-  JPEG - 1.7 ko La source bleue à Cusance
-  JPEG - 1.9 ko La source noire à Cusance






Diverses colorations effectuées par le Service Régional des eaux ont démontré que le Puits Fenoz alimente principalement la source bleue alors que les pertes de la "Lavière" sont liées au collecteur de la source Noire.





Afficher


Ce gouffre du puits Fenoz s’ouvre dans une cavité, à l’extrémité d’une profonde doline allongée que le ruisseau en crue dévale dans un bruit de cascade. On disait alors que le "Poue Fénoz breuille". Si le débit est important, le Fenoz s’engorge, la doline se remplie et redevient silencieuse. L’eau se déverse alors dans les derniers entonnoirs du bassin.

fenozCP.jpg
Puits Fenoz à sec, cliché de Huguenotte.
S’agit-il d’une photographie de Monsieur Arsène Huguenotte, instituteur natif de "Chasot" et Officier d’Académie, qui a publié en 1928 une monographie fort intéressante intitulée : Chasot et environs ?




Lorsque toutes les pertes sont saturées, un lac peut s’étendre sur plusieurs dizaines d’hectares en causant d’importants dégâts aux deux villages qui l’environnent. Ce phénomène est fort ancien puisqu’en 1785, lors d’une très forte crue, les eaux auraient pénétré dans l’église de Chazot...


Orve1910.jpg Orve1910b.jpg

23 janvier 1910, l’histoire s’écrit aussi en cartes postales ...

Dates de quelques inondations dont certaines ont fait l’objet d’un arrêté de catastrophe naturelle. Une crue centenaire qui disait ...

25 et 26 juillet 1770 inondation mentionnée dans la littérature : "le Puits Fenoz déborde, inondant Orve et Chazot"
En 1785 très forte crue, les eaux auraient pénétré dans l’église de Chazot...
En 1794 "...grande inondation : on parle dans le Pays, en disant que Dieu l’avait envoyée pour se venger et punir les révolutionnaires de Chazot...."
janvier 1910 importante inondation
1953 importante inondation
du 08/12/1982 au 31/12/1982 Arrêté de catastrophe naturelle
du 23/05/1983 au 27/05/1983 Arrêté de catastrophe naturelle
du 14/02/1990 au 17/02/1990 Arrêté de catastrophe naturelle

De 1989 à 1991, un interclub (GSB, GSML, GSAM) a réalisé 4 pompages dans le puits Fenoz à Chazot dans le but de comprendre le fonctionnement de cette perte et trouver des solutions pour limiter les crues centenaires qui noient les deux villages de Chazot et Orve. lire ici



Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 27 août 2018

Publication

668 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
Aucun site
21 Auteurs

Visites

52 aujourd'hui
148 hier
343297 depuis le début
15 visiteurs actuellement connectés