Les pompages du Puits Fenoz - CHAZOT

vendredi 1er mars 2019
par  Claude
popularité : 40%

A la suite du pompage de test de novembre, nous nous retrouvons le 2 décembre 1989 sur le terrain pour un vrai pompage cette fois, étalé sur le week-end.
L’interclubs est le même avec le Groupe Spéléo Marcel Loubens, le Groupe Spéléo Belfort et le Groupe Spéléo-Archéo de Mandeure.

DEUXIÈME POMPAGE


CHRONOLOGIE
10 heures – samedi 2 décembre : Le matériel et tous les acteurs sont arrivés. L’organisation se met en place et chacun prend part à l’installation suivant ses affinités.



Réception et préparation du matériel...


Pour commencer, un bloc instable au niveau du seuil du puits doit être enlevé car pouvant être dangereux. Il est percé et abattu.


Sécurisation des bords du gouffre...


ÉQUIPEMENT DU PUITS :
Installation de 2 équipements de visites ainsi que de 2 équipements d’amarrages de pompes avec freins de manœuvre d’équilibrage.




Les équipements...


INSTALLATION DES POMPES :
Installation de 3 pompes montées en tandem le long du puits, pose des tuyaux de refoulement et équilibrage des pompes. Il faut savoir qu’une pompe immergée a une hauteur de refoulement limitée. Donc, pour élever l’eau du fond du puits à l’extérieur, 25 m plus haut, il faut 3 pompes montées en tandem. C’est à dire que la première pompe immergée alimente directement la deuxième, placée une bonne dizaine de mètres plus haut. Celle-ci alimente à nouveau une troisième pompe...
Pour arriver à réaliser ce montage, il faut modifier sérieusement les pompes et remplacer la crépine par une connexion du tuyau qu’il a fallu créer car n’existant pas dans le commerce.



Modification des pompes...


Pour obtenir un rendement maximum de l’installation, il faut également régler précisément la hauteur de refoulement des pompes entre elles. Ce réglage très délicat doit pouvoir se faire en fonctionnement, quand les pompes et les tuyaux sont remplis d’eau, donc forcement très lourd, par des manipulations de cordes.


Installation des pompes...


INSTALLATION ÉLECTRIQUE :
Branchement du tableau général sur le coffret de chantier EDF en 380 V mis en place sous la responsabilité de la commune et raccordement des pompes sur les coffrets de commande.


Branchement du 380 V...

INSTALLATION DU PC :
la tente collectivité est installée et servira de lieu de "briefing" lors des relèves d’équipes de surveillance. Le camion de la sécurité civile abritera les coffrets de commandes électriques et le standard téléphonique.


INSTALLATION TÉLÉPHONIQUE :
Pose d’une ligne entre le PC, le seuil et le fond du puits.
Pose d’une ligne entre le PC et le camp de base installé dans une salle de la Mairie de CHAZOT. (Car le maire nous a prêté la salle de la mairie pour venir prendre les repas et se réchauffer. Nous sommes en décembre et la nuit, il gèle !)


16 heures - DÉBUT DU POMPAGE :
Le pompage commence avec un débit de 40 m3/h.

SURVEILLANCE DU SIPHON :
2 équipiers surveillent le niveau du plan d’eau et effectuent les manœuvres de progression de la pompe inférieure. Quand le niveau baisse et que la pompe commence à apparaitre à l’air libre, il faut la déplacer et l’immerger à nouveau. L’opération est souvent ardue et nécessite d’ajouter des longueurs de câble électrique et de tuyau.
La relève s’effectue toutes les deux heures.

SURVEILLANCE AU PC :
Le responsable du pompage reçoit les informations, surveille et actionne les commandes électriques.
Le secrétaire tient la main courante des opérations.


22 heures
Baisse du niveau du siphon de 1 m. Pour améliorer le débit, installation au niveau de la tète de doline d’une quatrième pompe dans un bac de relais avec un boitier de régulation de niveau.


22 heures 30
Reprise du pompage avec un débit de 70 m3/h. Repositionnement des pompes pour un rendement maximum.


4 heures - Dimanche 3 décembre
La partie basse du plan d’eau de la galerie est vide.


5 heures
La pompe inférieure est déplacée vers l’aval dans ce qui parait être un deuxième siphon.


9 heures
La galerie est désiphonnée sur une centaine de mètres. Le relevé topographique de la galerie est réalisé.


10 heures
La pompe est à nouveau déplacée et installée dans un bassin inférieur.


10 heures 15
Un barrage est rencontré et également un siphon amont.


10 heures 30
Creusement d’une tranchée en vue de faire baisser le niveau du siphon amont.


11 heures 30
Les travaux de creusement sont arrêtés.


14 heures
Arrêt du pompage par manque de moyens disponibles et de temps de récupération et du rangement des installations.


17 heures 30
Fin de l’opération.



MATERIEL UTILISE


- 4 pompes submersibles FLYGT de 5 chevaux préparées pour montage en série, avec des raccords d’aspiration fabriqués spécialement par le responsable mécanique,
- 1 tableau général d’alimentation électrique en 380 v avec 2 coffrets de branchements spécifiques ainsi qu’un boitier de régulation automatique de niveau fabriques par les électriciens,
- 100 m de câble d’alimentation générale,
- 700 m de câble de raccordements des pompes,
- 200 m de câble d’alimentation éclairage et perforateur,
- 250 m de tuyaux de refoulement en diamètre 70 mm,
- 4 généphones,
- 1 perforateur électropneumatique HILTI,
- 2 bouteilles de plongée équipées,
- 1 tente collectivité camp de base.


RÉSULTATS ET OBSERVATIONS

Exploration d’une galerie horizontale sur une centaine de mètres.
Section en interstrate, largeur moyenne de 5 m et hauteur de 0,50 m à 1 m.
Conduit à plafond lisse avec sol recouvert de pierres, galets et matériaux divers apportés par les crues.
Aucun colmatage important.
Barrage de retenue aval avec voûte siphonnante.
Conduit non alimenté en période d’étiage.
Forte pollution du siphon amont.



PARTICIPANTS

GROUPE SELEO-ARCHEO MANDEURE :
BARGES P., CLAUDEL C., FRIOT J-C., GIRARDOT C., GUITTON C,, GUITTON V. , LENTEMENT J-P. MANGIN P. , PARIS C. , PERIN E. , ROULLEAU J-M., SILVANT C., VERGON Ph.

GROUPE SPELEOLOGIQUE BELFORTAIN :
CAILLAT J-Ph., HEIDET E., HEIDET S., HUCKLE C., ROUVRES E.

GROUPE SPELEOLOGIQUE MARCEL LOUBENS :
BOULIGNAT Ph., DEGRET T., FROSSARD J-M., TAVERNIER G.




TROISIÈME POMPAGE


16/03 au 18/03/90
L’équipe est maintenant bien rodée et il faut renouveler exactement l’équipement et le suivi du chantier précédent. Pour accélérer les déplacements, surtout les remontées, un treuil électrique est installé dans le puits
Le temps de vidange du premier siphon étant incompressible, l’installation démarre le vendredi soir.



Le maire Mr COURGEY sera notre meilleur supporter...

Après l’assèchement du siphon 1, il faut aller déposer la pompe de tête dans le siphon suivant situé à une centaine de mètres et bien entendu réinstaller les câbles électriques, téléphoniques et les tuyaux...
Le siphon 2 vidé, les explorateurs se heurtent à un bouchon provoqué par un pincement de la galerie. Celle-ci est large (une douzaine de mètres) mais très basse obligeant la reptation pour se déplacer.
Après avoir dégagé un passage très précaire, découverte d’une diaclase d’une quinzaine de mètres de hauteur et d’un nouveau siphon derrière une étroiture.
Une coloration à l’aide d’un fumigène est tentée pour essayer de localiser la cheminée depuis la surface, mais sans succès.
Une quarantaine de mètres de galerie a été gagnée et il faut déjà penser au déséquipement.



QUATRIÈME POMPAGE


4/05 au 7/05/90
Maintenant, l’entrainement aidant, un pompage devient de la routine...
Les siphons 1 et 2 sont asséchés, l’étroiture rencontrée la dernière fois est dynamitée.
Le pompage du 3eme siphon, de plus en plus complexe, est entrepris. Cela se traduit par l’exploration d’environ 40 m de galerie nouvelle, jusqu’à un nouveau siphon !
Mais ce qui est intéressant, c’est la découverte d’une galerie latérale en rive gauche, qui semble être un affluent. Elle est explorée aussitôt sur une cinquantaine de mètres jusqu’à une voûte semi-siphonnant.
L’espoir d’aller plus loin est désormais nul ! La décision d’arrêter le pompage est prise rapidement et l’évacuation de ce bout de galerie est tout aussi rapide. Le niveau d’eau remonte rapidement et l’évacuation de tout le matériel se fera dans le stress...
On est samedi soir, en grande fatigue. Il est décidé de reporter l’évacuation du matériel qui est maintenant en lieu sûr dans les zones des siphons 1 et 2, au dimanche.




Les spectateurs...

Car il reste encore à assurer une conférence improvisée sur le déroulement de nos découvertes à la salle paroissiale toute proche. Les pompages, opérations spectaculaires, ont été largement médiatisés. A chaque week-end, c’était l’ambiance "kermesse" auteur du Fenoz, avec la foule des grands jours venue pour visiter le puits savamment éclairé. La presse régionale a largement commenté les différentes opérations et FR3 nous a accordé 2 passages de quelques minutes dans les actualités régionales.
Devant une salle comble, nous avons été assaillis de questions et fortement contrariés... par deux vilains orages successifs qui ont provoqué une coupure générale de l’électricité et un début de crue... et une belle pagaille.



LA SUITE



Ce quatrième pompage a atteint les limites possibles de l’équipe. Le développement de la cavité passe à 232 m et le dénivelé à -30,50 par rapport à l’entrée du porche.
Mais on peut affirmer que les travaux des spéléologues ont été très suivis et ont montré l’exemple. Dés la semaine suivante, les pouvoirs publiques et les entrepreneurs étaient réunis.


14/05/90
Réunion à la mairie de CHAZOT pour décider de la suite des actions à mener dans la lutte contre les inondations, en présence des maires d’ORVE et de CHAZOT, du Directeur de la Protection Civile, du Conseiller Général et des entrepreneurs.




Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 18 mars 2019

Publication

702 Articles
Aucun album photo
3 Brèves
Aucun site
23 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
148 hier
373289 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés