Technique Photo APN

mercredi 6 juin 2012
par  Cécile, Claude, Olivier
popularité : 72%

L’art de la photo souterraine est rendu bien difficile par de nombreux facteurs, notamment l’absence de lumière naturelle, la difficulté du déplacement du matériel qu’il faut protéger de la boue, de l’humidité ou de l’argile.


Les conditions peuvent être trés difficiles ...

Certains membres du club avaient déjà réalisé en 1990 un stage photo à l’argentique.

Mais aujourd’hui, à l’ère du numérique, il était nécessaire de revoir notre méthode afin de réussir à produire des photos de belle qualité, tout en profitant d’un nombre quasi infini de prises de vue, ce qui nous permet de recommencer indéfiniment et de trier ensuite.

Le matériel


Nombre des membres du club utilisent aujourd’hui des APN compacts et baroudeurs. Les photos de ce site ont en grande partie étaient réalisées par un :

  • Pentax Optio W80 qui possède un capteur de 12,1 Méga-pixels, un zoom optique interne 5x et une Sensibilité jusqu’à 6400 ISO
  • un Olympus µ725SW avec un zoom optique 3 x et un capteur de 7,1 millions de pixels (par défaut puisque le compact Olympus µ tough-3000 plus performant, avec son zoom optique 3,6 x grand angle et ses 12 Mégapixels, est resté à Hué au Vietnam ...).
  • ainsi qu’avec un Pentax Optio WG-1 qui possède quant à lui un capteur de 14 MP et un zoom 5X grand-angle associé à un macro 1 cm.

    Le GSAM est aussi doté de flashs et de 3 cellules de déclenchement :
  • 1 flash électronique MECABLITZ 32 CT4, nombre guide 32.
  • 1 flash électronique STARBLITZ 250 BAZ, nombre guide 24.
  • 1 flash électronique FS-207


Les essais


Tous ceux qui ont un jour essayé de faire de la photo sous terre se sont vite rendu compte du problème récurrent posé par l’absence de lumière naturelle et la buée.

Lors de la prise de vue, nous sommes donc face à un problème récurrent : le « bruit ». Non pas le bruit que peut faire Jean-Paul en chantant une inimitable regaine mais le « bruit » présent sur les photos. Le « bruit » est en effet l’ensemble des pixels parasites qui viennent dénaturer une photographie numérique, ce qui équivaut à des tâches inesthétiques.

Lors de l’utilisation du flash incorporé, il faut donc tenir compte de la relation entre le nombre guide, l’ouverture et la distance lors de la prise de vue avec flash, afin d’obtenir une exposition correcte.

Sensibilité ISO 100 ISO 200 ISO 400 ISO 800 ISO 1600 ISO 3200 ISO 6400
Numéro de guide du flash incorporé ≈12 ≈16 ≈24 ≈32 ≈48 ≈ 64 ≈96


Ce problème de « bruit » est posé notamment par les APN car le flash intégré dans l’appareil est très proche de l’objectif, ce qui entraine l’éclairement des gouttes d’eau, des poussières et du brouillard situé juste devant l’objectif. Il faut donc éviter d’utiliser ce flash pour l’éclairage de la photo lorsque l’on se trouve en milieu humide ou boueux… Dur lorsque l’on est en spéléo !!

JPEG - 19.5 ko
JPEG - 22.8 ko

Des photos pour le moins inesthétiques et inexploitables qui ne rendent malheureusement pas la beauté du monde souterrain



Pour contrer ce problème, nous avons d’abord pensé à mettre en place des flashs munis de cellules esclaves qui se déclenchent après le déclenchement du flash de l’APN. Mais le souci est que la plupart des flashs des APN compacts possèdent un pré-éclair non débrayable qui déclenche les flashs esclaves avant la prise de la photo.
De plus, nos appareils n’étant pas des Reflex, nous n’avons pas la possibilité de régler les ISO, ni la vitesse d’obturation, ni la vitesse d’exposition etc …

Le mode de fonctionnement actuel


Nous nous sommes donc renseignés en détail sur les différentes techniques existantes (Open Flash, flashs esclaves …) et surtout, nous avons essayé, car en photo, rien ne vaut la pratique !

NB : La technique décrite ci-dessous est entièrement « artisanale » et ne prétend pas être celle de professionnels. C’est en tout cas notre mode de fonctionnement le plus courant qui a fait ses preuves et avec lequel nous avons réalisé de belles photos.

La technique de fonctionnement actuelle consiste donc à travailler avec les différents modes de l’APN. Les plus couramment utilisés sont les modes "Bougies" et "Feu d’artifice" car ce sont ceux qui présentent le temps d’exposition le plus long (un peu plus de 4sec avec Feu d’Artifice sur un Pentax Optio WG-1). Après, à chacun d’essayer et de voir en fonction de son appareil, les mêmes modes ne donnent pas toujours les mêmes résultats selon les modèles.

L’appareil, posé sur trépied flexible de type Gorillapod est déclenché avec un retardateur de 10sec, ce qui permet à l’ensemble de se stabiliser. Un décompte oral est alors effectué (10-9-8-7 etc) et à 1, tous les porteurs de flash déclenchent leur flash.


Déballage du matériel lors d’une expé dans le Gard

JPEG - 28.4 ko

Mise en place des photographes devant le magnifique spectacle naturel de la calcite au Valat Nègre

Le principal problème reste ici le placement des flashistes qui est réalisé de façon aléatoire et que nous modifions en fonction du résultat de photo qui nous apparait à l’écran.



Une photo sombre et partiellement éclairée ... puis la révélation !

Le résultat


Et voici quelques uns de nos clichés …

Qui a dit que le monde souterrain était noir et terrifiant ? La preuve du contraire, la voici en photo, où des myriades de couleurs se conjuguent pour marier les plus belles teintes entre elles et nous révéler une poésie souterraine exceptionnelle devant laquelle on peut difficilement rester impassible ...


JPEG - 61.5 ko

Plus de photos du gouffre des Ordons

JPEG - 52 ko

Pour plus de photos de la Grotte de la Malatière, Bournois

JPEG - 33.3 ko

Méandre des Sirènes au Puech Nègre, à -208m

JPEG - 13.4 ko

Entrée de la Baume Saint Anne

Aucun de ces clichés n’a été retouché sur logiciel mais il est aussi possible de retoucher les photos obtenues sous terre ... ce qui fera fera l’objet d’un autre article !

Les évolutions à venir ...


Claude s’est doté il y a peu d’un reflex numérique Canon qui nous laisse entrevoir un champ de possibilité important car l’appareil étant un Reflex, il permet de de nombreux réglages malheureusement impossibles sur un APN, comme l’ISO et le temps de pose, tous deux primordiaux à la réussite d’une belle photo.

JPEG - 57.2 ko

Le Reflex en pleine action lors d’une séance d’essais au Creux Serré


Résultats avec 2 flashs ... au Creux Serré.
Pour voir plus de photos du Creux Serré



Résultats avec 4 flashs ... au Creux Serré
Pour voir plus de photos du Creux Serré


Voir les classiques du Doubs et d’ailleurs en photos


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
128 hier
294164 depuis le début
18 visiteurs actuellement connectés