Désobstruction d’une citerne du XIXe siècle à Rang

mercredi 10 août 2011
par  Claude
popularité : 8%

Au cours des JNS de 2009 à la rivière souterraine de Rang, Mr Girardot, maire de la commune, vient nous rendre visite et nous demande de lui prêter main forte ... Ce que nous acceptons bien volontiers !
Au cours de travaux pour réaliser un mur de soutènement, une pelleteuse a mis à jour un escalier en pierres ... L’entrée était dissimulée sous une grande dalle de pierre.


Un escalier dissimulé sous une dalle ...

L’escalier mène à une citerne. On aperçoit en bas de l’escalier, sur la gauche, un gond qui maintenait la porte ...

Une construction soignée ...

Nous prenons donc contact avec les archéos du village. En fait, l’escalier mène à une citerne en pierre de 7 m de longueur pour 1,63 m de largeur surmontée d’une magnifique voûte.

Une belle voûte ...

Le problème, c’est que le fond du réservoir est envahi par un remplissage de boue et de limon sur une hauteur indéterminée. Le but de l’opération serait un grand nettoyage ...

On aperçoit distinctement la couche de boue sous quelques centimètres d’eau ...

Le 21 novembre 2009, nous sommes à pied d’oeuvre avec le groupe électrogène du CTS. Bien que le site soit au milieu du village, il n’a pas été possible de réaliser une branchement électrique en 380 V ...
Une première pompe de 100 mètres cubes/heure est mise en place et démarrée. Cela ne fonctionne pas correctement, la pompe s’est enfoncée dans la boue et c’est colmatée, ça commence mal !
La pompe est ressortie et nettoyée.
Après nettoyage, la pompe est à nouveau mise en place, et attachée pour éviter de s’enfoncer ...


La pompe en place. On peut se rendre compte de la hauteur du remplissage ...

Vue depuis le fond de la citerne ...

Le pompage démarre enfin et le remplissage commence à émerger ... Alors un travail de longue haleine qui va durer toute la journée, se met en place : A l’aide de seaux, et d’une chaîne humaine, le remplissage est puisé puis transporté dehors jusque dans une benne apportée par un agriculteur du village. Seul le repas pris à la mairie viendra interrompre le chantier ... C’est plus de 10 mètres cubes de boue qui seront évacués. Il va de soit que la benne a été rapidement remplie ...

L’arrivée d’eau est juste dans le coin droit, derrière le spéléo. Sur la gauche, le monticule témoin du remplissage donne une idée de la hauteur avant désobstruction...

Des restes de l’échelle permettant de descendre, mais surtout de remonter du fond de la cuve au niveau de l’escalier, ont été découverts.
Une deuxième pompe de 80 mètres cubes/heure a été ajoutée pour essayer de vider totalement la cuve, ce qui donne tout de même un débit de 180 mètres cubes/heure. Mais cela n’a pas suffit !
L’eau arrive dans un angle par un canal d’environ 1 mètre de largeur pour 50 cm de hauteur, mais il n’a pas été possible de l’explorer ...

Finalement, nos travaux n’ont pas fait beaucoup évoluer les connaissances : d’où provient ce débit d’eau ? Tout laisse à penser qu’à partir d’un certain niveau, on vidange un réservoir situé un peu plus loin ? Mais au GSAM, on reste philosophe : il faut en laisser (des découvertes ...) pour les générations futures !


Voir l’article de presse

Brèves

4 octobre 2013 - Journées Nationales Spéléo le samedi 7 octobre 2017

Dans le cadre des journées nationales de la spéléo, le Groupe-Spéléo-Archéo de Mandeure & (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

620 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
Aucun site
17 Auteurs

Visites

37 aujourd'hui
125 hier
285978 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés