Désobstruction du puits romain de Mandeure : le retour !

vendredi 11 septembre 2015
par  Claude
popularité : 18%

En 2009, le GSAM était intervenu au théâtre antique de Mandeure pour désobstruer un puits qui était entièrement comblé. En 2 semaines de travaux, la profondeur du puits était passée de - 3 m à - 13 m, ce qui représente tout de même la bagatelle de plus de 30 mètre/cube de gravas évacués ...

Depuis le projet de voir le fond du puits nous a continuellement trotté dans la tête, mais pour différentes raisons, ne s’est pas concrétisé.

P_romain_3_.jpg P_romain_4_.jpg

Un puits vertical creusé à la main qui force l’admiration ...

P_romain_1_.jpg P_romain_2_.jpg

Christian & Jean-Paul, des romains, sans qui rien n’aurait été possible.

P_romain_5_.jpg

Le partenariat avec les archéos.

En 2014, une tentative pour reprendre le chantier a été tentée. Nous avions cru comprendre que pour l’administration, un chantier à cette profondeur était réservé à des professionnels ...
C’était mal nous connaitre ...
Il a fallu expliquer, expliquer, et démontrer notre savoir faire !
Finalement, notre lobing fut convaincant et finalement notre participation au chantier 2015 acceptée !

puits2.jpg

Le puits ...


Du coup, les anciens Jean-Paul et Christian se sont emparés du projet et ont lancé une réflexion sur la façon d’aborder la désobstruction.
Pour faire simple, il faut créer une structure pour fixer le treuil de levage, mais aussi pour déplacer les charges au delà de la gueule du puits, afin de les déposer sans danger.
Des plans ont circulé ... Un treuil à corde de conception nouvelle a même alimenté les discussions ...
Finalement, les anciens ont récupéré des tubes carrés aux services techniques de la ville, puis scié, percé, soudé, vissé, ... et assemblé finalement une chèvre bien pensée techniquement.

puits3.jpg

Vue sur la structure de levage ...


Le lundi 24 septembre, tout était donc en place pour le début officiel des fouilles. Dans la pure tradition du GSAM, tous les membres étaient avertis et invités à venir participer. Mais en cette période de rentrée, peu étaient libres. C’est donc les anciens Jean-Paul et Christian qui ont assuré la permanence sur le chantier. Virginie, Olivier, Cécile, Claude, Alex, Cracus, Philippe, viendront remplir quelques sauts suivant leurs disponibilités.

romain1.jpg romain2.jpg

Des blocs sculptées et des éléments de colonnes abrités des outrages du temps qui revoient (enfin) le jour ...

Pour que l’équipe pluridiciplinaire de désobstruction fonctionne, il faut au minimum 3 personnes : 2 spéléologues et 1 archéologue. Un spéléologue charge manuellement les seaux au fond du puits. Un deuxième spéléologue assure le fonctionnement du treuil électrique depuis l’extérieur. Il doit en veillant à la sécurité assurer la noria des seaux qui sont vidés dans une brouette. C’est ici que l’archéologue intervient pour réaliser le tri.

Dès le premier jour, des blocs de pierre taillée de grandes dimensions, provenant du théâtre, sont remontés ainsi que des éléments de colonnes.

La découverte, la remontée d’un morceau de colonne ...


En 2009, les travaux s’étaient arrêtés à un niveau ou les parois en pierres étaient en partie effondrées. Pour simplifier l’évacuation et consolider la paroi, les belles pierres ramassées ont été replacées à leur place d’origine.
Parmi les découvertes ramassées au fur et à mesure de la désobstruction : des morceaux de tuile, des morceaux d’enduit coloré, des os, des quantités de coquilles d’escargots, un trident en fer, ...

romain16.jpg romain14.jpg romain15.jpg

La découverte puis la remontée d’imposants blocs sculptés restent toujours des moments émouvants ...


Photo de gauche, un chaperon et à droite un élément de colonne entier et préservé

romain4.jpg romain3.jpg
puits9.jpg romain18.jpg romain17.jpg

Une idée des repas romains

Chaque jour, les discussions sur l’arrivée au fond du puits vont bon train. Chacun à sa théorie, qui peut évoluer après un séjour au fond ... et des différentes observations réalisées : présence de vides entre les pierres, couche d’argile humide, courant d’air ressenti, ... la liste est longue. Les anciens avaient envisagé de toucher le fond en 2 à 3 jours de travaux ! Sur ce coup là, ils n’avaient pas le nez fin ...
En 2 semaines bien remplies, la profondeur est passée de -13 à -19 m, soit 6 m. Ça peut paraître peu par rapport à l’année 2009, mais c’est le treuil électrique qui donne le tempo. Il faut compter entre 5 et 8 minutes pour évacuer environ 50 litres de remplissages.


Ambiance du fond ...

D’après de savants calculs, il resterait ... environ 5 mètres pour atteindre le niveau de la nappe phréatique tel qu’elle était au début septembre 2015.
Cela représente une nouvelle campagne de désobstruction, voir plusieurs ... car les romains, tout le monde le sait, étaient plein de ressources et assez imprévisibles !

Nous remercions l’équipe des archéologues, et en particulier Séverine BLIN et Pierre MOUGIN, sans qui cette fabuleuse expérience n’aurait pas été possible.

Un partenariat spéléo / archéo efficace...



L’équipe ...





Voir la 3ème campagne
Lien vers le reportage télévisé consacré aux fouilles


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

95 aujourd'hui
140 hier
294131 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés