Puits romain de Mandeure : 4ème campagne, suite et fin !

mardi 13 septembre 2016
par  Claude
popularité : 11%

La suite des travaux programmée la dernière semaine d’août 2016, a démarrée timidement, faute de spéléos présents ... C’est que les vacances, c’est sacré ... et les gentils membres sont partis visiter le vaste monde !
Un appel est donc lancé parmi les présents pour venir installer la chèvre au dessus du puits le samedi 20 août, et équiper la nouvelle pompe de forage acquise récemment. Il faut trouver un tuyau qui va bien et la connexion à la pompe ... véritable jeu de piste qui va nous occuper pendant deux jours !

Vu la profondeur du chantier, la sécurité est renforcée :

- Un seul spéléo au fond.
- Pendant la remontée des charges il est obligatoire de se mettre à l’abri sous une tôle amovible.
- l’enroulement du câble sur le tambour est contrôlé en permanence, ainsi que l’état du câble !



Une nouveauté : la présence de l’eau ...

Lundi 22 août

Mise en place de l’installation, essais et début de la désobstruction. le niveau de l’eau est bien visible dans les creux.
Comme on s’approche du fond (c’est notre avis), l’utilisation de seaux de maçon permet de désobstruer moins brutalement qu’avec un gros seau de chantier. Cela permet aussi aux archéos, à l’extérieur, de prendre tout le temps qu’ils ont besoin pour le tri ...
Pendant ce temps, Vincent court les magasins de bricolage du secteur pour dénicher un tuyau ...




Un chantier très touristique ...


L’équipe de surface ...

Mardi 23 août




Le chantier sans la pompe ...

Mise en place de la pompe enfin complète, et début du pompage, car tout le remplissage est immergé. Ça fonctionne correctement et le niveau baisse doucement. La désobstruction avance correctement ... jusqu’au moment ou deux seaux se décrochent et chutent de toute la hauteur du puits !! Après quelques secondes qui paraissent des heures, Philippe nous crie que tout va pour le mieux pour lui. La protection sous la tôle a bien fonctionné !
Par contre, la belle pompe toute neuve est emboutie ... et ne fonctionne plus.
Les travaux reprennent aussitôt et également la quête d’une nouvelle pompe.

Mercredi 24 août


Une soupe épaisse ...

C’est à nouveau le Groupe Spéléo Marcel Loubens qui va nous dépanner. Jean-Paul fait un crochet par Héricourt et arrive avec une nouvelle pompe. Pendant ce temps, le groupe électrogène est mis en place. Du coup, le chantier démarre sans trop de retard.
Le pompage fonctionne bien et le niveau d’eau baisse rapidement. La désobstruction reprend.
D’après les repères visuels mis en place, pendant l’arrêt de la pompe, le niveau d’eau ne remonte pas ... Il n’y aurait pas d’arrivée d’eau.
Du coup, la pompe, les tuyaux, le câble ... sont évacués, donnant un peu plus de place à celui qui est au fond. Et de l’espace, il en faut, car tout devient boueux et argileux.
Le soir, il est annoncé aux archéos, que le fond sera atteint le jeudi à 12 h, ou au pire en fin de journée ! Cette annonce provoque l’hilarité générale ...

Jeudi 25 août


Ça sent la fin ...

Aujourd’hui, Jean-Paul décide enfin de descendre au fond.
De temps en temps, des seaux de boue liquide, un genre de soupe épaisse ou nage des quantités de morceaux de bois, sont remontés.
Quelques heures plus tard, Jean-Paul demande une pelle pour écoper, ainsi qu’une balayette ... Ça sent la fin !
En effet, à 10h30 exactement, le fond est atteint à 23,06 m.


Le fond à 23,06 m ...

La semaine suivante

Le puits fera l’objet d’une série de mesures extrêmement précises en tous sens, accompagné de séries de photographies qui nous occupèrent toute la semaine.



Comme c’est triste un puits vide ...


Vestiges de traces d’outils ...


Le fond dans les marnes bleues ...

Un puits sans alimentation en eau ??

D’après nos observations, ce puits n’aurait pas d’alimentation ... ou il y aurait de l’eau quand il pleut !
On pensait arriver dans la nappe phréatique, correspondant au niveau du Doubs. Finalement, le fond arrive dans une couche de marne bleue, correspondant au marne de l’oxfordien, qui reste une couche parfaitement étanche.
Du coup, les interrogations vont bon train ...

- Ce puits serait finalement qu’une citerne.
- Le climat était différent au 2ème siècle.
- Les puisatiers romains auraient foncé le puits en période pluvieuse.


Pour en savoir plus :
Voir début des travaux en 2009
Voir 2ème campagne
Voir 3ème campagne
Descendez virtuellement dans le puits
Journées archéologie 2016


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

95 aujourd'hui
140 hier
294131 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés