Gouffre du Creux d’Entier - Jura Bernois - SUISSE

mercredi 3 juillet 2013
par  Cécile
popularité : 9%

Le Creux d’Entier est sans doute la cavité la plus connue du Jura Bernois en raison de sa longue histoire et de ses magnifiques puits d’entrée.

Le GSAM étant de passage chez nos confrères suisses du Spéléo-club Jura à Undervelier, on ne pouvait repartir sans l’avoir fait !
Rendez-vous est donc donné au gîte à 9h pour ceux qui n’étaient pas arrivés la veille, et c’est partit !


Equipement du puits d’entrée ...



L’équipement est très aérien, les vires et les puits se succèdent. Heureusement, on peut compter sur Claude qui sait nous rassurer à point nommé sur la solidité des filins d’acier. Juste avant de se lancer dans le vide, c’est sûr que ça rassure !!! Mais notre président est de bon conseil et l’équipement se poursuit tranquillement ...


Equipement très aérien par Cécile ...



Et hop, c’est la fin de la descente ...

Arrivés en bas du P20, plusieurs chemins s’offrent alors à nous. Notre guide suisse, Marcel, guide la majeure partie du groupe en direction du Puits des Bâlois et seuls 2 spéléos téméraires acceptent de suivre Cécile en direction du laminoir.


La descente dans les entrailles de la terre ...


... commence d’abord par la descente d’une échelle !


Après la descente d’un joli petit puits, les choses sérieuses commencent, voici le laminoir. Un petit conseil pour l’apprécier pleinement : n’hésitez pas à vous munir d’un kit ! C’est ainsi que vous pourrez en apprécier tous les recoins ... !




Et les positions se succèdent : debout, allongé, assis, courbé, ou les pieds dans le vide, c’est étroit et ça fait travailler tous les muscles !


Mais on arrive enfin à la sortie du laminoir où une série de petits puits aux cordes glaiseuses nous attendent ! Arrivés en bas, nous nous retrouvons face au méandre et aucune trace de la deuxième équipe ... !

Succession de jolis paysages suisses qui valent le coup d’œil, tant en surface que sous terre ...


Nous décidons de continuer et nous nous engageons dans le méandre.



Un Patrick ravi qui retrouve tous les ingrédients de la spéléo mandubienne : un peu de glaise, quelques passages étroits et surtout de la bonne humeur ! La légende court même qu’il aurait retenté le coup de la pédale ... mais chut, seuls les initiés comprendront ... !


Après plus de 80 mètres parcourus dans le méandre, nous voilà arrivés (presque) au fond, l’ultime étape à franchir restant le puits de 18m.

Et c’est là que nous rejoint la 2ème équipe descendue par le puits des Bâlois, constituée de tout le reste du groupe et de son guide, Marcel. Certains se font un peu attendre et en profitent d’ailleurs pour visiter tous les recoins du méandre, même ceux qui queutent .... C’est pas grave, on a l’habitude !




Descente sur une corde plus que glaiseuse


Arrivés au fond, à -156 m, nous sommes accueillis par un étrange comité d’accueil : têtes sculptés dans la glaise, animaux divers, têtes de mort et visages psychédéliques, nous voilà avertis !




Il y a même un récipient type biberon rempli de petits papiers indiquant les dates des derniers travaux et les avancées réalisées, si ça c’est pas de l’organisation ... !




Autour de tout ce petit musée de glaise, on trouve des tas de tuyaux, des seaux et un ventilateur ! Il y a même une affichette nous précisant qu’un "Creusage délicat est en cours" . Ça, c’est vraiment de la vraie désob !!!

Après un rapide repas à la fin du méandre où certains nous font goûter leur toute dernière trouvaille, le café au chou, c’est la remontée.

Pause bouff’ à -121 sous terre ...

Après quelques palabres, deux autres spéléos, Olivier et Thierry acceptent de remonter avec nous par le laminoir. Faut dire qu’à la descente, il y a un passage qui n’a pas été du tout apprécié par l’un deux ... !


C’est Patrick qui se porte volontaire pour déséquiper le laminoir et nous voilà partis !

Sortis du laminoir, nous retrouvons rapidement la deuxième équipe qui a déjà commencée à remonter les grands puits d’entrée. Ça tombe bien, car du coup, l’attente n’est pas très longue.Après un échange de kits, tout le monde remonte et c’est Cécile qui déséquipe.

Déséquipement toujours très aérien ...




A la remontée, on en profite encore pour admirer les volumes gigantesques et les coulées titanesques qui nous entourent ... Nous ne sommes vraiment que de simples visiteurs dans ces cathédrales de calcite ...


Et c’est enfin la sortie après une journée passée sous terre !

Sources :



Site du spéléo-club Jura : http://www.speleoclubjura.com/

Accéder, en cliquant, à la carte des classiques spéléo du Doubs :



Brèves

4 octobre 2013 - Journées Nationales Spéléo le samedi 7 octobre 2017

Dans le cadre des journées nationales de la spéléo, le Groupe-Spéléo-Archéo de Mandeure & (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

620 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
Aucun site
17 Auteurs

Visites

17 aujourd'hui
125 hier
285958 depuis le début
15 visiteurs actuellement connectés