Gouffre du Grand Glacier - Chapareillan - ISERE (38)

samedi 1er février 2014
popularité : 16%

Gouffre du Grand Glacier - Chapareillan- Isère (38)

DIMANCHE 26 JANVIER 2014

Afin de clôturer le week-end, Jimmy (CAF Brg d'Oisans), Jean-phi (GSAM), Goeg (GSAM) prennent la direction de La PLAGNE (pas la station de ski).

Arrivée vers 17h sur le parking, la décision est prise, compte tenue de la raideur de pente vers le col de l'Alpette, manque de neige sur certain secteur, nous laisserons skis et raquettes dans le van.

Notre choix est confirmé un instant plus tard, par un promeneur (lui même speleo mais qui n'a jamais été au gouffre) qui revient du col de l'Alpette. 20cm de neige et la trace est faite (jusqu'au col et cabane de l'Alpette).

Nous voilà parti, de jour chargé tel des sherpas (de 15 à 30kg le sac), faut dire qu'il y a du matos, 270m de corde statique/60m de corde dynamique/25 mousquetons d'amarrage/7 broches à glace/crampons/piolets/logistique/secours/etc....

1h plus tard nous aurons avalé les pentes glissante du col de l'Alpette (500mD+).

Petite pause au col et direction la Cabane.

Le col délimite la frontière SAVOIE-ISERE 

  Désolé Jean-phi ya pas de réseau téléphonique

18h15, Nous voilà à la cabane de l'Alpette (refuge d'accès libre non gardé, géré par la commune de Chapareillan et son association l'Alpette)

Répartition des taches: Jean-phi corvée de bois, Jimmy allumage du poêle, Goeg bougies et préparation apéro, repas.

Pendant que la neige fond, pour préparer les traditionnelles pâtes bolognaise, la lecture du livre d'or allie historique des lieux, humour et art.

Le repas terminé, la tradition veut que l'on trinque au Génépi.

22h30, il est temps de rejoindre la mezzanine qui fait office de chambrée. Malgré le poêle, la température n'excède pas les 2°C.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

LUNDI 27 JANVIER 2014

06H30, Après une bonne nuit dans son duvet -20°C, Goeg est le 1er debout, pour relancer une nouvelle flambée et faire fondre de la neige.

Dehors, le brouillard, le vent, chute de neige, les traces fraîche d'un renard qui encerclent la cabane.

08h00, Fin de grasse matinée pour Jimmy et Jean-phi.

le brouillard c'est dissipé, mais reste accroché au Mont GRANIER, les chutes de neige ont cessé, il fait 0°C dans la cabane et les traces du renards sont effacées, comme si elle n'avait pas existé.

09h00, Départ pour le Gouffre du Grand Glacier, Goeg guide l'équipe et fait la trace dans une couche de neige entre 20cm et 1m, plus nous avançons en direction du trou, plus le terrain devient complexe en navigation et le manteau neigeux n'arrange rien.

Goeg à la trace.

 

Trace de Goegibus Sherpaltitudis.

10h00, Nous avons fait la moitié, soit 800m en distance, le terrain devient entravée de barres rocheuse (on est plus très loin). Afin de booster la cordée, Goeg signale qu'en hiver, peu de speleos tentent le Gouffre du Grand Glacier, car soit ils ne trouvent pas l'entrée ou ils mettent 3h à le trouver une fois sur la zone. Notre groupe étant soudé, en forme, on continue. "on est pas venu acheter des casquettes" tel est notre dicton préféré.

10h30, Il reste 100m à faire, et il faut slalomer à travers des lapiaz et des puits recouvert de neige. Comme nous l'avions anticipé dans la préparation, nous passons en mode cordée, pour éviter que l'un d'entre nous, traverse un pont de neige et batte le record de vitesse en chute libre sans parachute. C'est Jimmy qui reprend le relais de la trace (étant le plus léger).

10h50, Nous voilà au sommet d'une barre rocheuse de 30m, Jimmy trouve un toboggan de neige qui nous évite de faire un rappel. Une fois en bas, petit point GPS, encore 100m dans cette direction. Goeg, stop le groupe et signale que c'est pas possible, car on est à proximité de la côte 1600, la barre rocheuse que l'on vient de descendre évoque des photos de topo, l faut trouver un N°25 sur la paroi (entrée du gouffre)

Jimmy avance d'une dizaine de mètre et nous signale que nous sommes arrivé à destination, là!! en bas de la doline, au pied de la barre rocheuse le fameux N°25. Après un redémarrage, le GPS nous confirme à 5m prêt l'entrée.

 

11h00, 1h50d'approche pour 1.6km et 5min de recherche, nous voilà très satisfait à l'entrée N°25.

Nous voilà parti pour l'exploration de la rivière glacée souterraine.

Nous passerons par le méandre supérieur, qui nécessitera de compléter l'équipement en place. (Absence de point pour main courante sur vire en glace vive à 13m de haut)

La neige indique que nous nous trouvons à la base du P70.

Fini les spits, maintenant on broche (19cm).

Régles de base pour planter une broche:

- Adapter la longueur de la broche à l'épaisseur de glace.

- Nettoyer la glace pourrie au piolet, pour avoir une surface de brochage nette.

- Visser la broche.

(si la broche se visse très facilement. cela signifie qu'il y a des couches d'air et que la glace n'est pas homogène à cet endroit.)

Stalactites et draperies de glace.

Chute d'eau glacée.

Mouvement d'eau glacé.

Marmite de glace.

Arrivée au bout de la 2ème corde, il est temps de remonter la rivière en mode cascade de glace. Malgré l'appel du terminus de la rivière et sa cascade de glace de 13m.

Jimmy attaque la remontée.

Jean-Phi à la base du P13.

Jean-Phi dans le P13, éclairé par le P50.

Le temps de déséquiper avec Jean-phi et ranger le dernier kit, nous entendons Jimmy parler tout seul?? Il a du réseau téléphonique sous terre?

Non, juste un spéléo du club de Grenoble en reconnaissance des accès, et qui a suivi nos traces. Petit bavardage en dégustant de la Tomme, du génépi, du thé et nous revoilà reparti. Il est déjà 16h et il y encore du chemin pour passer à la cabane récupérer le reste de nos affaires et redescendre dans la vallée.

La fine équipe toujours en forme après 5h sous terre. Les vertus du Génépi!!

Plus facile à descendre qu'à monter.

40min plus tard nous voilà à la Cabane.

17h00, Le temps de finir de ranger les affaires que le mauvais temps arrive. Le Granier revêt son manteau de brouillard et le vent commence à forcir

Un Goegibus Sherpaltitudis.

Vue sur La PLAGNE depuis le col de Alpette.

Arrivée de la nuit sur La PLAGNE.

18h20, Fin du week-end, retour dans l'Oisans pour déguster un bon vin de savoie autour d'une fondue au Beaufort ou l'inverse.

Bilan de la sortie: Encore une très belle aventure humaine, relativement physique avec des marches d'approches pas facile. Une orientation et une préparation de sortie minutieuse qui a permis d'éviter de tourner autour du trou.

A améliorer pour une prochaine visite: Passer par la méandre inférieure, pour remplacer un kit de 80m, par un kit de Triple Karmeliet, génépi et tomme.

 

 

 

 

 

 


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

5 aujourd'hui
108 hier
294283 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés