Gouffre du Chevrier - Suisse

dimanche 27 septembre 2015
par  Olivier
popularité : 36%

« Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin. »

Ce proverbe africain pourrait illustrer à merveille l’esprit qui a animé le week-end dans les Préalpes Vaudoises.

Cela fait plusieurs années que l’exploration du gouffre des Chevrier est mentionnée lors des AG de club, mais reste à l’état de projet. Cette fois-ci, un organisateur est nommé, ce qui va accélérer les choses.

D’après les archives, le GSAM a visité par deux fois le gouffre. A chaque fois, la sortie a été épique ! Les membres ont croisé un secours à la fin des années 80, ce qui a prolongé le séjour sous terre jusque près de 20 heures !
Et la seconde, en 1991, une jeune membre de la troupe GSAM, s’est payée le luxe de se faire une entorse à -400 m !

Cette fois-ci, on espère une expédition pleine de surprise joyeuse mais plus calme ... Pour se faire, nous nous obstinons à mettre toutes les chances de notre coté. La période choisie pour la sortie (mi-septembre) est idéale : la neige de l’hiver précédent a totalement fondue et celle de l’hiver suivant n’est pas encore tombée !

Pour profiter pleinement du week-end, il est décidé de partir la veille. Les paysages des Alpes Vaudoises ainsi qu’un chaleureux souper dans un gite nous confirmeront que c’était la bonne option !

chevrier16.jpg chevrier15.jpg

Météo capricieuse la veille de l’explo, mais un heureux présage en forme d’arc-en-ciel pour le lendemain ...

Le samedi, après un trajet brumeux et pluvieux, nous arrivons au refuge Mayen en début d’après-midi. L’objectif est de repérer l’entrée du gouffre pour le lendemain ... en somme, c’est l’excuse pour faire une belle balade dans les Alpes Suisses ! Munis de multiples cartes et de bons guides, nous nous engageons sur le sentier et trouvons, peu à peu, quelques unes des 5 entrées du gouffre, dont celle qui nous intéresse !
Après un test de l’écho local et poussés par une pluie battante, nous regagnons le refuge pour faire une étude poussée de la topographie du gouffre. Faut dire que chacun a imprimé les topos et les descriptifs en sa possession, et après recoupement des données, lecture du descriptif et la liste exacte des cordes emmenées, Arnaud se lance et commence à annoter ses topos plastifiées de nombreuses annotations. Entre les cordes facultatives que l’on a, celles que l’on a pas et les obligatoires, les autres ont un peu de mal à suivre la logique, du coup, pour simplifier, il est décidé que c’est Arnaud qui équipe !

Après un verre de pommeau pour se remettre les idées en place et une petite représentation de Jules César (Jules ... pour les intimes !), direction la cuisine pour goûter la spécialité : la croûte Mayen !



Le dimanche, réveil à 7h tapante suivi d’un petit déjeuner conséquent ! Et enfin départ pédestre pour l’entrée du gouffre, repérée la veille à 20 mn du gite.

chevrier.jpg

Une peinture de fond magnifique des Alpes vaudoises ...

Pour l’équipement, c’est un Arnaud volontaire qui s’y colle. Le gouffre est broché à la façon de nos amis Suisses. La semaine qui a précédé la sortie, a connu des pluies torrentielles. Nous savons que si le niveau de la rivière est trop important, nous serons stoppés à la grande cascade à -300 m. Mais certains du groupe sont plutôt optimistes ! Faut dire que lestés par la croûte Mayen de la veille, toute l’équipe descend plutôt vite !

chevrier1.jpg chevrier2.jpg

Arnaud à l’équipement

chevrier3.jpg

Pas de jolies colonnes stalagmitiques, mais en guise de concrétions, présence de mondmilch ...
Les parois noires de la roche contrastent avec la blancheur du mondmilch...

chevrier17.jpg chevrier18.jpg chevrier19.jpg

Un paysage souterrain varié ...

Après quelques encablures dans la cavité, le grondement de la rivière se fait entendre. Mais sous terre, difficile de juger du niveau de l’eau par le bruit, la résonance fausse la perception. D’ailleurs, c’est de bon augure, le niveau d’eau de l’actif est "correct" et tous les espoirs sont permis pour la suite de l’aventure !

chevrier4.jpg chevrier5.jpg

Photos d’ambiance à la petite cascade ...

chevrier7.jpg

Photos d’ambiance à la grande cascade ...
Désescalade de 30 m assez aquatique surtout pour ceux qui équipent et aussi ceux qui rééquipent derrière !
Finalement, ça passe !
L’eau qui coule en rivière, ne connait pas le désert ...

chevrier10.jpg chevrier11.jpg chevrier12.jpg chevrier13.jpg chevrier14.jpg

Qui a dit qu’il n’y avait pas de concrétion au Chevrier ? ...Il y a même des excentriques... !

Les équipeurs en tête ont bien étudié la topo et ne s’y trompent pas ! Pour atteindre le fond, il faut quitter le réseau actif et remonter de quelques mètres ! Petite escalade par une corde à nœuds en place, puis ramping, toboggans, désescalades et l’objectif est enfin atteint !

chevrier6.jpg

La troupe à -500 m, un record pour la plupart ... Il est temps de remonter !

Étonnant de pouvoir explorer un -500 m, avec à peine 4 petits kits de cordes ... C’est ce qui doit s’appeler une cavité pour "spéléos moyens" !





Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

42 aujourd'hui
123 hier
294835 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés