"Trou Bernard" - Namur - BELGIQUE

mardi 18 juin 2013
popularité : 53%

Situation géographique:

Situé dans la province de Namur, à quelques kilomètres de Profondeville, Mont abrite la plus profonde classique sportive de Belgique.

Historique:

En 1949, l'entrée est découverte par Bernard Magos (SC Belgique), qui atteignit le puisard à-128m.

En 1967, la Méandre SSN est trouvée par les membres de la SS Namur

En 1968, le Centre Routier Spéléo sorts une série d'avens et de cheminées, près du siphon finale. Ils ont probablement réalisé la plus grande remontée, à partir de -110 m et atteignant -20. Le "Numéro Un" est né! Un an plus tard, ils ont répété leur performance, cette fois à la fin de la Méandre SSN. Encore une fois ils ont atteint le niveau -20: Le "Numéro Deux" est né.

En 1994, les membres du SC Avalon (Anvers) et les membres du SSN (Ph. Lacroix) ont réalisé une jonction entre la partie supérieure du numéro deux et le Puits Franz, près de l'entrée. Quelques semaines plus tard, ils ont également connectés en bas du numéro deux avec les "Grands Puits".

Geologie:

Le karst belge se situe dans la partie sud du pays en Wallonie. Il est composé de calcaires du Dévonien moyen et du Dinantien. À cause du manque de relief et de la nature tourmentée du sous-sol (plissement hercynien) entaillé par les cours d'eau (Meuse, Lesse, Ourthe, Amblève et Vesdre), le développement des cavités belges est limité.

La Cavité:

Longueur: 960 m, Profondeur: 140 m (-20 plongée)
Le Trou Bernard est la grotte la plus profonde et une des rares grottes verticales. Elle est divisée en 3 partie, la partie centrale, le numéro un et le numéro deux. Le Secours Spéléo Belges intervient en moyenne 3 à 5 fois/an (triste record 10fois avec 2 décès)

Partie centrale:

Série de beaux puits, séparés par des étroitures. Le Puits Franz (P15 ) conduit à une faille très étroite et plonge de 20 m. Les fameuses chicanes dont les parois sont polies par les milliers de spéléologues qui ont lutté de leur manière! Alors deux possibilités, mais le Puits de l'Oppo (P8) est beaucoup plus populaire que Salle d'olive. On arrive dans une petite chambre, une compression verticale donne immédiatement dans Puits du Cureton, 12 m de profondeur. Au fond, on peut (à droite) monter quelques rochers, passer au-dessus d'un trou noir profond et atteindre le sommet des «Grands Puits": l'un des plus beaux puits de belgique (P28). On peut aussi descendre dans un trou dans le plancher de la salle du Cureton et atteindre "le Nid d'Aigle», qui est une sorte de balcon dominant le Grand Puits. Au bas du "Grand Puits", un fossé escarpé, 8 m de profondeur, doit être descendu et conduit à «la Cave». Dans cette chambre, on peut entrer dans un labyrinthe assez compliqué de méandres, conduisant au siphon final.

Numéro Un:

Dans le labyrinthe près du puissard, un aven impressionnant et humide existe: c'est le premier pas du numéro un (ascendant). Cette belle aven cylindrique de 30 m de haut où l'on utilise des techniques d'escalade artificielle. Au sommet, une traversée très risquée doit être faite, souvent compliquée par l'eau tombant du toit. Le reste du numéro un est moins difficile.

Numéro Deux:

Au départ du Trou Bernard, Puits Franz, un passage a été ouvert: il n'est que de 3 m sous la surface! Cela conduit aux régions supérieures du numéro deux: une grande galerie (Le Grenier). Bientôt, un premier petit puits (P5) est atteint: il peut facilement être shunté (ou vous pouvez utiliser une corde de 10 mètres). Un autre, puits plus profond (P7 + P6) est atteint, on peut descendre tout de suite ou (doucement!) Étape au-dessus. On passe près de la Salle Rouge, une petite chambre avec de la boue très rouge. Près Salle Rouge une série de 4 emplacements commence: «Puits des Fous". Ils se terminent par une longue et étroite fissure, qui relie un resserrement très difficile et un P6 qui rejoint les "Grands Puits" de la partie centrale.
Au lieu de descendre le "Puits des Fous", on peut descendre facilement et arriver au sommet du "Puits des 3 Pédales". Ce P15 commence par une étroiture. Le "Puits du Visionaire", mène à l'etroiture de la "Veuve Cliquot" et suit un P10 vers la "Salle du Chantoir". Ici, commence la longue et sinueuse Meandre SSN, conduisant à «la Cave», la basse du"Grand Puits" ...

La Sortie du 10/06/13:

Le groupe est composé de J-Phi, Fab et Goëry.

C'est par une belle journée, que nous nous attaquons à "The Caving Of Belgium": le Trou Bernard.

Après une petite marche d'approche, en direction du fond de la Doline, le manque de précipitation de ces derniers jours, nous permettra d'entreprendre l'exploration dans les meilleurs conditions.

C'est Goëry qui a le privilège de faire l'équipeur test sur les premiers puits (s'il passe les étroitures, le reste de la troupe passera sans souci).

L'accès au 1er puits annonce la couleur pour la suite et colle bien à la réputation du Bernard.

"J-Phi dans la Méandre supérieure"

"J-Phi dans la belle étroiture au départ du Puits du Cureton"

En bas du Puits du Cureton..., J-Phi reprend le relais pour l'équipement et certaines broches du nid d'aigle joueront à cache cache avec lui.

"J-Phi à la recherche des broches perdues (Nid d'Aigle)"

Le dernier et Grand puits, se laisse découvrir depuis le Nid d'Aigle, où l'on peut sentir une ambiance verticale et aérienne.

"Vue plongeante sur Goëry attaquant le Grand Puits (P28) depuis le Nid d'Aigle."

Une fois à sa base, nous prenons la direction du siphon terminal (point le plus profond accessible sans plongée). son accès nous permet de réviser toutes les gammes de contorsion en spéléo (Opposition, désescalade, escalade, glissade, etc...)

"Un petit point sur la Topographie."

Le dernier toboggan nous propulse dans le collecteur fossile terminal. Ce dernier est de belle taille, on imagine le débit d'eau nécessaire pour éroder la paroi et à sa basse, le siphon.

"Siphon terminal"

Le point -120m est atteint en à peine 2h. Il est temps de rejoindre la base du grand puits où nous attend la partie sportive de la sortie.

C'était sans compter sur Fabien, tellement content de notre petite sortie, qu'il en a profité pour nous faire (involontairement) la visite guidée et commentée des nouveaux boyaux non topographiés (en 10ans ça évolue). Après quelques premières inexploitables, nous rejoignons la fameuse méandre qui nous conduit à la pause frugale.

"Goëry - Fab - J-Phi à la pause, sans abuser des bonnes choses car les étroitures à la remontée ne feront pas de cadeaux"

Comme l'orientation de la sortie était à dominante sportive, c'est sans appréhension que nous prenons le chemin inverse. Nous en profitons pour admirer la paroi et les étroitures d'un peu plus prêt, jusqu'à faire bloc avec.

Certains graverons leur passage au Croll, d'autres en récitant l'encyclopédie des oiseaux tropicaux et le must fût les 2 stripteases de Goëry (NB: les boucles d'élagages sur un harnais de cordiste, ça sert à rien en étroiture).

Afin de remonter les kits sans souci dans les étroitures, nous avons pu tester l'efficacité de notre "EVAK500"*, qui a été mis à rude épreuve.

EVAK500

C'est avec un petit pincement au cœur et quelques crampes (8h d'aventure et de plaisir) que nous retrouverons les bœufs de la pâture.

"Il est 19h, le soleil Belge est des plus agréable."

Le Trou Bernard est à la hauteur de sa réputation et des nombreux sauvetages effectués.

Une très belle aventure, à refaire avant les fêtes de fin d'année.

*: EVAK500: Treuil à corde mécanique, utilisé par les unités du GRIMP (Groupe de Reconnaissance et d'Intervention en Milieu Périlleux) ou nouveau Surnom de Fab lors de cette sortie.

 


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

95 aujourd'hui
140 hier
294131 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés